Attentats de Paris : les logisticiens, si utiles lors d’une crise !

salle CIAV

Lundi 23 novembre

17h – Je réponds à la pré-alerte pour une mission logistique sur Paris à la suite des attentats et des différents départs en mission de réservistes (Conakry, Calais, Auvergne…).

21h – appel de l’EPRUS

– « Vous pouvez être demain matin à 8h à la CIAV au Quai d’Orsay ?

– Oui, le temps d’avoir l’autorisation de principe de mon employeur ».

Mardi 24 novembre à 8h nous accédons à la salle d’appel de la CIAV. Jean-Louis, l’encadrant EPRUS de la mission, est soulagé de voir arriver des logisticiens pour que nous nous chargions de tout ce qui touche au fonctionnement de la cellule. Au cours de cette semaine, nous nous rendrons compte que les tâches sont effectivement nombreuses pour les logisticiens : il faut gérer deux équipes de 30 réservistes de 8h à minuit.

À chaque prise de service des équipes, nous réalisions un pointage des présents, nous prêtions une chasuble EPRUS aux réservistes n’ayant pas de paquetage, nous collections les coordonnées téléphoniques des réservistes, et ce pour la durée de la vacation . Au cours de la journée, nous faisions également un point sur les difficultés que chacun d’entre eux pourrait rencontrer, que ce soit pour les chambres d’hôtel, les ordres de mission et les autorisations employeurs ou les formalités de remboursement. À la suite de ces signalements, nous intervenions soit auprès de l’EPRUS soit auprès de l’hôtel pour parer à toute éventualité !

À chaque relève, nous devions transmettre à l’accueil du centre de crise la liste des personnels de l’EPRUS ayant pris leur poste à la CIAV.

Au cours de la journée, en relation avec l’accueil logistique du MAE, nous nous assurions que les réservistes disposeraient d’un repas le midi et le soir. Nous avons veillé à ce que des bouteilles d’eau, du café et du thé soient à la disposition des réservistes pour les moments de pause ou entre deux appels téléphoniques.

Comme nous étions dans des salles « confidentiel défense », nous devions vérifier que les documents devenus obsolètes étaient détruits et qu’aucun document n’était jeté à la poubelle.

Lorsque le tableau des équipes du lendemain était établi, il nous fallait appeler chaque réserviste pour lui confirmer sa présence le lendemain et l’horaire auquel il devait se présenter à la CIAV.

En fin de vacation pour l’équipe du soir, nous devions organiser le départ des réservistes vers leur hôtel et nous charger de la réservation des taxis.

Décrit ainsi, tout semble simple mais bien sûr, tout ne se passe pas toujours comme prévu. Il faut comprendre que nous devions intégrer le fonctionnement de ce dispositif exceptionnel au sein de l’organisation d’un ministère qui, s’il a l’habitude de la gestion de crise, découvrait lui aussi les besoins liés au caractère exceptionnel de cette CIAV, un dispositif très récent. Nous pouvons ici remercier les personnels du Ministère des Affaires Étrangères qui ont su répondre à toutes nos demandes et tous les réservistes qui ont été très compréhensifs, même ceux pour qui c’était la première mission.

Merci à tous.

Les logs – #teamlog

dont Jean-Pierre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s